Un jour d’été dans la vie des Russes, vers 1890. Anton Tchekhov a trente ans, Ivan Bounine, de dix ans son cadet en a vingt, le peintre Isaac Levitan, ami de Tchekhov nait en cette même année 1860. Nous ne sommes ni à Moscou, ni à Petrograd, ni à la ville. Il fait chaud, c’est l’été et on oublie pour un temps le froid, la neige, l’hiver, la dureté de la vie et la violence de l’histoire. 

Back to top